Le site est actuellement en cours de refonte !

Rendez-vous au printemps 2017. En attendant, suivez nos actualités sur notre compte Facebook et sur notre page Facebook.

Presse » Revues

42. De si beaux jardins

De si beaux jardins

Été 2015

8,50 €

Vert patrimoine

Il y a aujourd’hui une mode des jardins. En témoigne l’essor des jardineries à la périphérie des villes. Mais les jardins, surtout s’ils appartiennent à l’histoire, restent bien mal connus. Un livre de grande diffusion publié par Angelika Taschen, Jardins fleuris en France, qui présente une anthologie nationale, ne voit aucun jardin digne d’intérêt entre Toulouse et Nîmes. On peut objecter que « ces livres d’art » (faits industriellement) ne s’intéressent qu’au très spectaculaire ou au très connu (variations sans fin sur les buis taillés, les roseraies et les gazons). Sans nul doute. Mais il reste que, malgré les efforts récents et des réseaux de passionnés, nous manquons de connaissances et de publications1.

Les jardins en Occident ne sont reconnus comme patrimoine que de façon très récente, contrairement à la Chine où le jardin est une figure majeure de l’expression artistique. La charte de Florence, en 1981, qui fixe la déontologie de la sauvegarde, définit le jardin historique comme une composition architecturale et végétale dont les éléments essentiels sont le plan, les différents étagements du terrain (toujours aménagés), les masses végétales, les eaux et les éléments décoratifs. Dans tous les cas de figure, il s’agit d’un patrimoine fragile. Le végétal est vivant, périssable, pas toujours renouvelable. L’organisation des circuits d’eau, des déclivités de terrain vieillit parfois plus vite qu’arbres et arbustes. La tempête de décembre 1999 qui a ravagé la France a montré que des arbres centenaires pouvaient se coucher comme fétus de paille, ruinant les effets calculés de mise en scène et d’organisation des masses végétales.

Les jardins historiques qui étaient souvent protégés au titre des Sites sont devenus à la fin des années 1970 des « Monuments historiques » à part entière. Ils relèvent de procédures très encadrées qui touchent l’architecture, l’hydraulique, la botanique et l’histoire du goût : un jardin « bouge » toujours. Renouvelé tous les cinq ans, le label Jardin remarquable, créé en 2004, distingue ceux dignes d’intérêt pour l’histoire, l’esthétique et la botanique. Ouverts au public, on en compte 17 en Midi-Pyrénées et 14 en Languedoc-Roussillon. Ils sont par définition plus ouverts à la création contemporaine.

Ces lieux où se résume notre rapport à la nature et au monde méritent toute notre curiosité.

 

Note

1. Y. et F. Cranga, Midi-Pyrénées. Terre de jardins, Édisud, 2000 ; F. Kouchner et A. Audurier Cros, Guide des parcs et jardins en Languedoc-Roussillon, R. Pages, 1995 ; les associations Parcs et jardins de Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon : http://www.pjmp.eu ; www.jardinslanguedoc.com

 

Sommaire

4. BRÈVES
Patrimoine mondial. Mémoire franco-occitane
Canal du Midi. Un classement qui ne fait pas l’unanimité
5. Nominations
6. Musée-Forum de l’Aurignacien. À la rencontre de l’homme moderne
Antiquité. Bras de fer autour du pont du Gard
8. Acquisitions. Des œuvres « toulousaines » à la Fondation Bemberg
Le patrimoine protestant enfin protégé
11. Saint-Michel de Gaillac. Une abbatiale en péril
Occitan. La Coopérative lance sa collecte
12. ATELIER
Le feutre. Un textile très nature
14. ACCROCHAGES
Henri Rousseau. Le peintre des Orients
16. Edmond Lay. L’architecture comme passion
20. Musée Soulages. Claude Lévêque, présence de l’œuvre
22. Sète. Libre figuration
24. Musée de Montauban. Des trésors sortent des réserves
26. CARNET D'ARCHITECTURE
Musée Ingres. Un dessin, un repentir

DOSSIER
Les jardins, « du peigné et du sauvage »
Dossier coordonné par Bernard Seiden

30. Montpellier. Le plus ancien jardin des plantes, par Yvon Comte
38. Cahors. Des jardins au pied des murs, par Dominique Crébassol
44. Bournazel. « Inventer » un jardin de la première Renaissance, par Thierry Verdier, William Hayet
50. Nîmes. Le classicisme des jardins de la fontaine, par Bernard Sournia
58. Nîmes. Des jardins d’usage et de raison, par Dominique Crébassol
62. Tarbes. Une oasis dans la ville, par Claire Fournier
70. Aude. un château viticole et son jardin à la Belle Époque, par François Michaud, Josette Clier
76. Béziers. Un jardin français d’inspiration méditerranéenne, par
Alix Audurier Cros
84. Aude. Une rosace pour se souvenir, par Lise Valette
86. Cordes. Des terrasses vers les Paradis, par Lyne Strouc

CONNAISSANCE
94. Marc Saint-Saëns, par Luce Barlangue
102. Le gaillac, vin de ville,
vin des cHamps, par Alice de la taille, Adeline Béa, Sonia Serant

REPÈRES
108. Trésors inattendus de Toulouse
Babou à Flaran
De Lyon à Toulouse. Des majoliques italiennes
Le Tarn, zone refuge
109. Matres-Tolosane. Meschia ouvre Le Grand Presbytère
110. Suzanne Pejoska. Le tableau comme pays d’adoption
Lodève. Un art officiel abstrait
111. Edgar Jené. Peintre des apparitions
112. Orlan, plus que jamais
Archéologie. Des inédits de Toulouse ressurgissent