Le site est actuellement en cours de refonte !

Rendez-vous au printemps 2017. En attendant, suivez nos actualités sur notre compte Facebook et sur notre page Facebook.

Presse » Revues

27. Halles et marchés

Halles et marchés

Automne 2011

8,50 €

Activité quasi universelle dans le temps et dans l’espace, aller au marché constitue une pratique millénaire, Midi-Pyrénées ne fait pas exception. Mieux, elle peut revendiquer un réseau marchand qui remonte au moins aux Romains. Toulouse, par exemple, possède des marchés depuis 2000 ans. Bien d’autres localités midi-pyrénéennes ont des marchés, souvent le même jour de la semaine, depuis le Moyen Âge.

Si le marché est associé à des localités possédant des caractéristiques urbaines, la foire fait voir une réalité plus complexe, à la fois rurale et urbaine. La distinction de la périodicité est toutefois claire : les marchés se tiennent selon un rythme hebdomadaire – une ou plusieurs fois par semaine dans les bourgs, quasi quotidiens dans les plus grandes villes contemporaines ; les foires obéissent à un rythme saisonnier avec plusieurs foires par an avant la Révolution, devenant souvent mensuelles au XIXe siècle. Si les marchés proposent aux chalands des grains, des fruits et des légumes, en bref, de quoi s’alimenter pendant plusieurs jours, les foires offrent du grand et menu bétail, cochons, moutons, bœufs et vaches, mules et chevaux à côté des autres produits recherchés par une clientèle, paysanne ou non.

Halles, places, arcades et foirails constituent les infrastructures essentielles à la tenue des réunions commerciales, indispensables pour leur attractivité et autant de signes d’urbanité et de civilisation aux yeux des habitants des simples villages. On en trouve trace déjà dans les agglomérations romaines avant de voir une multiplication à partir du XIIe siècle. Au XIXe siècle de nouvelles constructions viennent enrichir le patrimoine architectural régional.

Si les foires et les marchés sont avant tout des lieux d’échanges économiques, leur fonction ne s’arrête pas là. Ces rassemblements sont de tous temps des lieux de sociabilité, d’amusement, de divertissement. Et si nous ne voyons plus de montreurs d’ours ou de vendeurs d’Orviétan sur nos marchés, nous pouvons voir d’autres spectacles dont celui de nos hommes et femmes politiques en train de faire du toco maneto lors des campagnes électorales.

 Jack Thomas

Sommaire

DOSSIER. HALLES ET MARCHÉS
Portfolio. Didier Taillefer
Commerce. Du magos gaulois au macellum romain par Jean-Marie Pailler
L’avènement du mercadal. Les origines médiévales des marchés actuels par Judicaël Petrowiste
Animations. Les marchés, une histoire immobile ? par Jack Thomas
Saint-Girons. Une capitale commerciale des Pyrénées centrales par Pauline Chaboussou
Fonds Labouche. Types et scènes de marchés par Sandrine Bouiller
Protection. Halles et parapluies par Louis Peyrusse
Marché de gros. Dans « le ventre » de Toulouse par Philippe Dugot
Grenade-sur-Garonne. La halle cœur de ville par Rémi Papillault


CONNAISSANCE
Et si l’on parlait d’architecture…
Dominique Salomon.
Une prise de risque pour faire œuvre d’architecture.
Jalons de la modernité à Toulouse.
Archives d’architecture du XXe siècle en Midi-Pyrénées.
Il est possible de créer en centre ancien.
Bilan du secteur sauvegardé de Figeac.
Les maîtres d’œuvre doivent franchir une porte étroite.