Le site est actuellement en cours de refonte !

Rendez-vous au printemps 2017. En attendant, suivez nos actualités sur notre compte Facebook et sur notre page Facebook.

Presse » Revues

29. Terres crues

Terres crues

Printemps 2012

8,50 €

On associe bien souvent l’image du Midi toulousain à celle de la brique mais elle n’en est pas le matériau exclusif. D’autres savoir-faire constructifs, même s’ils furent minoritaires, ont cohabité dans l’ombre de la brique cuite. Certes, l’art de bâtir en terre crue n’a pas atteint les niveaux de production industrielle de la brique, mais le matériau s’impose au XIXe siècle avec la technique de l’adobe et ses déclinaisons qui s’adapte aux modules de la construction traditionnelle de la brique.

Les études menées sur la terre crue en Midi-Pyrénées depuis le début des années 1980, par les architectes, les historiens de l’architecture et les archéologues, renouvellent en effet l’approche de ce patrimoine architectural : longue chaîne culturelle qui nous lie à l’Antiquité et, au-delà, à la période chasséenne. Elles permettent une connaissance fine des pratiques de construction en terre crue avec leurs spécificités territoriales. Considérée à tort comme le matériau du pauvre et reléguée au rang d’une architecture vernaculaire de second plan, la terre crue a trouvé dans le passé des artisans qui l’ont inventée différemment d’un lieu à l’autre. Sait-on qu’on en fit même des remparts et des châteaux et pas seulement des fermes et des communs ? Bien mieux, la terre s’inscrit dans les projets de développement durable et trouve une place de choix dans la construction écologique. Si les plus militants soulignent le caractère non délocalisable du matériau et de la main-d’œuvre, les autres mènent un travail expérimental pour en faire reconnaître les qualités architecturales et mettre au point des procédures scientifiques de caractérisation.

Sortons la terre de l’ombre de la brique ! En rassemblant les principaux exemples d’architecture en terre crue, ce dossier montre par l’image combien ce matériau contribue à la couleur de Midi-Pyrénées. Il cherche à mettre en perspective la richesse exceptionnelle du patrimoine en le confrontant aux initiatives récentes de quelques autoconstructeurs. S’il pointe le manque cruel de formation pour transmettre savoirs et savoir-faire, il invite à l’optimisme : la terre crue n’est-elle pas de ces patrimoines renouvelés qui s’ancrent au présent pour inventer le futur ?

Jérôme Bonhôte et Roland Chabbert

Sommaire

DOSSIER. TERRES CRUES
Techniques. La terre crue dans tous ses états par Alain Klein
Néolithique. L’enceinte incendiée de Château- Percin par Fabrice Pons, alii
Lisle-sur-Tarn. Un château viticole en terre crue par Sonia Servant
Bauge. Un habitat rural en voie de disparition par Carole Stadnicki, alii
L’art et la matière. Images de Didier Taillefer
Bien-être. Joseph Colzani, un militant historique par Dominique Crébassol
Développement durable. La terre crue bientôt réhabilitée ? par Alain Marcom
Aménagement du territoire. Le retour à la « terre » par Sandrine Pradier, alii
Tercruso. Caractériser les produits en terre crue par Jean-Emmanuel Aubert, alii
Gers. Former pour mieux restaurer par Jean-François Gardère
Écoconstruction. Ils voient la vie en terre crue par Santiago Mendieta

CONNAISSANCE.
Le romantique parc-arboretum de Sibra.
Un parc voulu par Pierre Paul Riquet.
La manufacture Giscard à Toulouse.