Le site est actuellement en cours de refonte !

Rendez-vous au printemps 2017. En attendant, suivez nos actualités sur notre compte Facebook et sur notre page Facebook.

Presse » Revues

22. Terroirs fruits de l’homme

Terroirs fruits de l’homme

Été 2010

8,50 €

La notion de terroir est habituellement associé à des produits : vins, fromages… « goûtez le terroir » est un slogan publicitaire fréquent ! Mais le terroir est quelque chose de bien plus large. C’est un patrimoine construit par les sociétés rurales au long des siècles, ce qui caractérise le mieux le rapport entre une communauté et son environnement : plus qu’un espace, c’est une invention, ou un ensemble d’inventions qui entrelace savoirs, pratiques, sélection de races adaptées, connaissance des sols mais aussi création de sols, importation et transformation d’espèces, plantations, organisation de l’espace et d’une diversité de milieux, de faunes, de flores… Le terroir ne préexiste pas à ses habitants, il est le fruit de l’histoire ; il n’est pas un simple héritage, c’est un « patrimoine vivant en renouvellement permanent ».

Par patrimoine vivant, on entend souvent tout ce qui est du registre des patrimoines naturels : espèces animales et végétales rares et/ou menacées, paysages emblématiques, monuments naturels. Mais, à partir des années 1980-90, cette notion a été surtout liée à celle de patrimoine culturel immatériel de l’humanité, étendue aux savoirs naturalistes locaux, et plus largement à l’ensemble des systèmes techniques et sociaux associés à un environnement donné. C’est dans ce sens que l’on peut considérer les terroirs comme des patrimoines vivants. En Midi-Pyrénées, la construction des terroirs a livré des paysages emblématiques comme la châtaigneraie en Aveyron, les bocages et prairies montagnardes, les arbres champêtres, les forêts rurales (voire même des forêts cultivées qui deviennent aussi… des terroirs à champignons), sans oublier les races rustiques qui sont au cœur de ces interrelations construites au cours des siècles.

Ces patrimoines sont souvent bien plus fragiles que les monuments de pierre : bien des savoirs locaux, ou des modes traditionnels de gestion de l’environnement ont été déjà balayés sans retour par des politiques économiques ou agricoles technicistes. À l’heure où l’on se gargarise de développement durable, il serait pourtant bon de se préoccuper des savoirs et créations qui ont perduré et mûri depuis des siècles…

Jean-Paul Métailié

Sommaire

DOSSIER TERROIRS FRUITS DE L’HOMME
24. Le châtaignier, un arbre à tout faire par Gérard Briane
32. La forêt aux champignons par Nicolas de Munnik
40. Sur les traces d’une « forêt fantôme » Émilie Andrieu, Sébastien Poublanc
44. L’arbre des champs, le meilleur compagnon du paysan par Jean-Paul Métailié
52. Races rustiques, la fin de la menace ? Bruno Besche-Commenge
60. Le tableau végétal des prairies de fauche David Penin, Jean-Guillaume Thiebault

CONNAISSANCE
68. Un label jardin remarquable par Sylvie Cazes
80. Le château de Pompignan et son parc par Bruno Tollon
86. Pompignan crée un système hydraulique savant par Claire Fournier, Jérôme Bonhôte
92. Toulouse, la capitale des Volques Tectosages par Philippe Gardes, Christophe Requi